sábado, 10 de janeiro de 2015

na tonga da mironga do kabuletê / dans la tongue de la mirongue du kabouletê

na tonga da mironga do kabuletê
vinícius de moraes canta com toquinho
eu saio da fossa, xingando em nagô
eu que leio e não sei,
eu que rezo e não creio,
eu que entro e não caibo, 
no brasil dos anos setenta

a tonga da mironga do kabuletê
veio do mercado de salvador,
ficou nos ouvidos, da vida do brasil,
e hoje, com a sonoridade
a tonga da mironga do kabuletê
viaja, e se perde nas entrelinhas do
nosso brasil,
nosso brasil brasileiro, aquarelado,
cantado nos versos por todos nós,

na tonga da mironga do kabuletê
ouvimos sons que se tornaram nossos
profecias transplantadas aqui pelo atlântico
desabrochadas aqui, no terreiro do brasil,
onde elas são o que são,
na tonga da mironga do kabuletê



 © ana rossi

dans la tongue de la mirongue du kabouletê
vinícius de moraes chante avec toquinho
je broie plus du noir, je gueule en nagô
moi qui lis, et ne sais pas,
moi qui prie, et ne crois pas,
moi qui entre, et ne rentre pas,
dans le brésil des années soixante-dix

la tongue de la mirongue du kabouletê
vient du marché de salvador,
est restée dans les oreilles, dans la vie du brésil,
et aujourd’hui, avec la sonorité
la tongue de la mirongue du kabouletê
voyage, et se perd dans les entrelignes de
notre brésil,
notre brésil brésilien, tout en aquarelles,
chanté dans les vers par nous tous,

dans la tongue de la mirongue du kabouletê,
nous entendons des sons qui sont à nous
des prophécies transplantées ici à travers l’atlantique
fleuries, ici, dans le terroir du brésil,
où elles sont ce qu’elles sont,
dans la tongue de la mirongue du kabouletê

Nenhum comentário:

Postar um comentário